Projet de la loi de finances 2018: Un nouveau tour de vis ?

Actualité | il y a 3 ans

Parmi les chantiers auquel le nouveau gouvernement doit s'atteler en cette rentrée sociale, il y a l'incontournable loi de finances. Cette loi qui doit en tout état de cause être signée par le président de la République avant la fin de l'année pour entrer en vigueur le 1er janvier prochain, constituera à coup sûr un nouveau tour de vis et une énième mesure de restriction budgétaire. 

En effet, avec la crise pétrolière qui ne fait que durer et les réserves de change qui s'amenuisent comme peau de charge, c'est encore et toujours la politique d'austérité qui sera érigée en loi et ce en attendant des jours meilleurs.

D'ailleurs, dans une note d'orientation à l'effet de préparer l'avant projet de loi de finances adressée aux ordonnateurs du budget de l'Etat, il a été signifié que la démarche du gouvernement s'inscrit dans le cadre de la recherche de la soutenabilité des finances publiques et d’une programmation à moyen terme pour la période 2018 - 2020. La démarche inaugurée par la LF 2017 à travers l'élaboration d'une trajectoire budgétaire triennale dans le but de donner plus de visibilité à la politique budgétaire est donc ainsi confirmée et va se poursuivre l'année prochaine. La note du ministère des Finances précisait d'ailleurs que la préparation du budget pour 2018 doit obéir au principe de plafonnement des dépenses arrêté par le cadrage budgétaire au titre de la période 2017-2019 qui fixe un niveau de dépenses maximal de 6.800 milliards de dinars pour l'année 2018, en légère diminution par rapport aux 6.887 milliards de dinars au titre de l'année en cours. Les dépenses de l'Etat en 2018 se répartiront entre 4.500 milliards de dinars pour le budget de fonctionnement et 2.300 milliards de dinars pour le budget d'équipement.

Si les dépenses publiques vont recevoir un coup dur, les fonctionnaires ne seront de facto pas épargnés. Ainsi, il est prévu que seul un départ sur cinq sera remplacé.

L'encadrement des dépenses de personnel fait, en réalité, l'objet d'une attention toute particulière et donne lieu à des orientations très strictes. En matière de recrutement, il s'agit d’éviter toute proposition de création de nouveaux postes budgétaires en dehors de ceux prévus à titre exceptionnel par les pouvoirs publics. Pour ce qui est des projets d'infrastructures, il ne sera plus question, comme c'était le cas en 2017 de lancer de nouveaux chantiers. Le projet de budget d'équipement pour 2018 étant fixé à 2.300 milliards de dinars, soit un niveau équivalent à celui de 2017 qui était lui-même en baisse de près de 30% par rapport à 2016. Il intervient dans une perspective de poursuite des efforts déjà engagés pour une maîtrise et une rationalisation des dépenses de l'Etat et accorde la priorité à l'achèvement des projets en cours de réalisation aux coûts fixés et dans les délais prévus. Encore pour l'année prochaine, les Algériens sont appeler à serrer davantage leur ceinture, même s'il ne sera certainement pas question de hausse du taux de la TVA ou autres impôts sur des produits tels que l'énergie ou les produits alimentaires.

S. M.

Derniers Articles

Masque, distance, désinfection : quelles règles dans mon entreprise pour "l'après" ?

il y a 3 mois
A quoi ressemblera "l'après" confinement dans le monde de l'entreprise ? A un respect élémentaire des mesures sanitaires, déjà. Car il y a bien des règles à respecter si vous devez retourner au travail à partir du 11 mai.

J'ai peur de retourner au boulot : comment gérer mon anxiété ?

il y a 3 mois
A l'heure du déconfinement, comment reprendre le boulot sereinement malgré la peur du coronavirus ? Comment gérer son anxiété pour retourner sur son lieu de travail ? Les voix expertes nous répondent.

Faire Une Bonne Première Impression En 15 min Ou Moins

il y a 3 mois
“Il n’y a pas de seconde chance pour laisser une bonne première impression.”

Close